2 commentaires

2018 : Toutes à Ancerville

Le voyage itinérant des féminines (intégralement porté par notre comité départemental depuis cette année) s’est déroulé du jeudi 13 septembre au dimanche 16 septembre dernier.

Pour cette 6ème édition, 26 lorraines (dont 19 Meurthe-et-Mosellanes) étaient présentes par ce matin ensoleillé de septembre… Notre première journée nous a conduit à Ancerville, lieu de notre étape en 2012 sur la route de Paris… Des souvenirs pour nombre d’entre nous et découverte pour les autres !

Après l’accueil du club local et la découverte des fortifications de Toul, nous avons poursuivi notre route vers la vallée de la Meuse. Des arrêts touristiques ont agrémenté notre chemin : Void-Vacon et son fardier de Cugnot présenté par les bénévoles, Mauvages et son pharaon – merci à monsieur le maire pour son hospitalité à notre égard avec sa mise à disposition de la salle communale -, Bonnet et sa fontaine, …

Le patrimoine lié à l’eau en Meuse est très riche et diversifié. Conscientes de cet attrait exceptionnel, les localités restaurent lavoirs, fontaines, gayoirs, …

Arrivées à Ancerville, après 125 kilomètres, nous avons logé au gite communal pour le reste du séjour.

Le 2ème jour a été consacré à la visite détaillée de Bar-le-Duc, capitale d’un duché et préfecture du département de la Meuse, souvent méconnue. Bar-le-Duc se partage entre ville basse traversée par l’Ornain et ville haute où, autour de l’ancien château des ducs, subsistent de nombreux hôtels Renaissance. Sur la place Saint Pierre, l’église Saint-Étienne de style gothique flamboyant abrite deux œuvres majeurs de LIGIER RICHIER : “le Transi” et “le Christ et les deux larrons”.

L’arrêt à Trois Fontaines l’Abbaye, site BPF, restera une belle surprise pour les participantes. Le portail, les vestiges de l’église et la déambulation dans le parc ont été très appréciés de toutes.

Samedi, nous avons évolué le long de la vallée de la Saulx, verdoyante et tranquille qui était bucolique à souhait avec ses villages, ses ponts et ses maisons du 16ème siècle.

L’ancien fief des ducs de Bar égrène ses châteaux au fil de l’eau : Bazincourt, Rupt-aux-Nonains, Ville-sur-Saulx, Haironville.. et regorge de petites merveilles architecturales.

La route du retour nous a conduit dans quelques localités du Perthois où l’exploitation de la pierre est encore présente, avant de rejoindre les côtes de Meuse. Cette grande région agricole est une terre d’élection pour la mirabelle et le vin de Meuse. Nous avons poursuivi notre route en traversant de jolies “villages-rues” où les usoirs d’autrefois ont laissé place à des espaces propres et fleuris.

Pagny-sur-Meuse a été la dernière localité meusienne avant d’entrer en Meurthe-et-Moselle. 130 kilomètres s’affichaient au compteur à notre arrivée à Toul par une météo estivale !

Textes : Catherine DIDELOT • Photos : Catherine DIDELOT et Jean-Paul ROYER

CODEP54-FFCT

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *